Suspension de véhicule

Les suspensions sur un véhicule, sont les éléments servant à relier les masses non suspendues aux masses suspendues.



Catégories :

Dispositif mécanique - Technologie automobile - Technologie aéronautique

Recherche sur Google Images :


Source image : cgi.ebay.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • L'animation illustre le principe de la suspension d'un véhicule automobile, constituée d'un ressort (raideur k) et d'un amortisseur (cœfficient de : frottement... (source : sciences.univ-nantes)

Les suspensions sur un véhicule, sont les éléments servant à relier les masses non suspendues (typiquement la roue, les dispositifs de freinage, d'entraînement de roue, etc) aux masses suspendues (typiquement le châssis, le moteur et l'ensemble des composants du véhicule fixés au châssis).

L'utilisation de la suspension est imposée par les irrégularités de la surface sur laquelle se déplace le véhicule. Elle en diminue l'impact sur l'engin, évitant des ruptures et une usure excessive, perfectionnant le confort de conduite et désormais le contact entre les roues et le sol malgré ses irrégularités : condition indispensable à la tenue de route. D'autre part le fait qu'un véhicule possède une masse nécessite l'utilisation d'un mécanisme de rappel pour éviter que le dispositif ne s'affaisse indéfiniment au fur est à mesure des aspérités du terrain.

Ainsi, la suspension se compose d'un système de liaison entre les «masses non suspendues» et les «masses suspendues», d'un ressort et peut-être d'un amortisseur. Occasionnellemen, le bras de suspension est aussi nommé «triangle de suspension», appellation due à sa forme.

On peut distinguer aussi les suspensions «indépendantes», sur un même essieu la partie gauche est scindée de la partie droite, des suspensions «essieux rigide» où les parties gauche et droite sont liées.

Certaines explications peuvent nécessiter la lecture au préalable de l'article géométrie de suspension surtout pour les véhicules terrestres.

Différents types de suspension

Glossaire :

On peut distinguer la plupart de suspensions. En pratique, leur utilisation dépend en grande partie de la charge à transporter, des coûts de fabrication et du type de véhicule.

Suspension de type MacPherson

Suspension de type MacPherson utilisée en automobile

C'est la plus utilisée des suspensions en automobile actuellement, elle est de type «indépendante». Elle se compose d'un bras de suspension (ou triangle) unique. La jonction entre les masses suspendues et non suspendues est effectuée par une rotule côté roue et un axe côté châssis (pour permettre différents réglages). Un dispositif d'amortisseur et ressort est fixé de manière rigide au porte-fusée.

Ce type de suspension est particulièrement répandu dans la voiture de série, le dispositif est simple par conséquent peu coûteux. Il est aussi particulièrement efficace étant donné qu'il maintient le pneu perpendiculaire au sol ; lorsque l'automobile prend du roulis, il y a «prise de carrossage négatif à l'enfoncement». Cela assure une très bonne tenue de route latérale. Les trains avant des voitures de «Monsieur n'importe qui» en sont équipés. On y adjoint le plus souvent une barre anti-roulis pour perfectionner le comportement physique du châssis.

Earl S. MacPherson était un ingénieur né au Royaume-Uni. Après avoir travaillé à la division Chevrolet de General Motors aux États-Unis, il est venu en France pour travailler à la division européenne du constructeur Ford, c'est là qu'il a développé son dispositif de suspension, utilisé en premier lieu sur la Ford Vedette en 1949[1].

Suspension à pont oscillant

Suspension de type pont oscillant utilisé sur le train arrière automobile

Ce type de suspension est particulièrement exploité en automobile, il est de type «essieu rigide». Il n'y a qu'un seul bras de suspension en forme de fourche. La partie entre les deux branches est plus ou moins souple en torsion ; cette souplesse intervenant pour limiter la prise de roulis. Les masses non suspendues gauche et droite sont fixées sur le pont arrière, en bout des branches. On utilise un axe monté sur roulement mécanique pour les roues. Les masses suspendues sont fixées à la partie entre les deux branches avec un axe. Un dispositif d'amortisseur et ressort est fixé avec une rotule sur le bout des branches.

Ce type de suspension se trouve sur les trains arrières de la voiture de série. La «prise de carrossage» est nulle à l'enfoncement de la suspension. C'est une suspension économique, ce qui explique son utilisation. La difficulté de mise en place d'une direction efficace interdit son utilisation sur le train avant. Sur certains types de voiturettes légères à propulsion, le moteur peut y être fixé. Cette suspension s'accorde spécifiquement quand le dispositif nécessite une adhérence longitudinale (motricité typiquement pour les véhicules à propulsion).

Suspension à double triangulation

Double triangulation et amortisseurs «inboard» sur un proto 2 litres
Suspension de type double triangulation utilisée en compétition automobile

C'est ce qui se fait de mieux en automobile, elle est de type «indépendante». À l'instar des suspensions MacPherson, on y exploite des triangles. Mais cette fois-ci, on en utilise deux, un dit supérieur et l'autre dit inférieur (comparé au sol). Le porte-fusée est raccordé par deux rotules, une au triangle inférieur, l'autre au triangle supérieur. Le châssis est raccordé par quatre rotules, soit deux par triangle. Un dispositif d'amortisseur et ressort est fixé avec une rotule sur un des deux triangles. On nomme quelquefois cette suspension «suspension à parallélogramme déformable».

Ce type de suspension se retrouve sur la majorité les voitures de compétition et les voitures haut de gamme (GT). Son intérêt réside dans l'infinité de réglages envisageable suivant les points d'ancrage des différentes rotules. Ainsi, le carrossage, la chasse, l'antiplongée, etc, sont réglables et peuvent même être variables (voir géométrie de suspension). Mais également, à l'inverse de la suspension de type MacPherson, elle assure une meilleure motricité suivant les réglages appliqués au train. Comme pour la suspension MacPherson, on associe une barre anti-roulis pour perfectionner le comportement physique du châssis.

Suspension coulissante

Suspension coulissante sur une CMR

C'est une suspension ou la roue peut se déplacer par coulissement dans un guide. La totalité de la structure est rigide.

Cette suspension a longtemps équipé les motocyclettes, où elle a été remplacée par la suspension à bras oscillant.

Elle a l'avantage de permettre la réalisation d'un cadre plus solide (tout l'arrière est rigide), mais permet moins de débattement.

Suspension à «bras tiré» (ou bras oscillant)

Elle n'est pas particulièrement utilisée en automobile, sauf pour les charges lourdes (typiquement les remorques de camion et les chars militaires), elle est de type «indépendante». Cependant, son utilisation est massive pour le train arrière des véhicules de type motocyclette, où elle a remplacé la suspension coulissante à l'arrière. Elle est constituée d'un bras de suspension ; la roue et le châssis y sont chacun fixés avec un axe. Un dispositif d'amortisseur et ressort est fixé avec une rotule sur le bras de suspension.

Ce type de suspension est particulièrement compact, ce qui permet l'utilisation de bras de suspension de grande dimension et ainsi de soutenir une très forte charge. Il n'y a pas de «prise de carrossage» à l'enfoncement d'où l'utilisation pour la motocyclette et les véhicules chenillés. Ce type de suspension assure aussi une excellente adhérence longitudinale (motricité).

Suspension télescopique

C'est la suspension réservée au domaine de la motocyclette et de l'aviation. Elle est installée en utilisant une paire dispositif d'amortisseur et ressort sur le train avant des motocyclette pour permettre une orientation de la roue et limiter la déformation lors des contraintes latérales. Dans le domaine de l'aviation, on utilise un seul dispositif d'amortisseur et ressort, l'orientation étant assurée avec deux petits bras de suspension (dispositif nommé compas) ne jouant pas d'autre rôle que le guidage (cas aussi de certaines motos BMW).

Cette suspension est privilégiée pour une raison de légèreté, essentielle en aviation. Les suspensions n'aidant pas au vol, il n'est pas indispensable d'alourdir l'aéronef avec.

Pour les mêmes raisons de légèreté, ce type de suspension est utilisé sur les motocyclettes, quoique les raisons physiques changent. Dans ce cas, l'objectif est de diminuer les masses non suspendues, le train s'en trouvant plus réactif (moins d'inertie). Notons, à ce sujet, que des essais de suspension de type double triangulation ont été tentés sans succès sur motocyclette, l'intérêt étant de limiter la diminution de la chasse à l'enfoncement (voir géométrie de suspension).

Type de ressorts

Dans une suspension, les ressorts fournissent l'effort s'opposant à l'effet du poids. Le technologie est liée à la géométrie de la suspension et au savoir faire du moment.

Ressorts à lames

La suspension avec des ressorts à lames est particulièrement anciennes et était déjà beaucoup utilisée par les carrioles, chariots et véhicules hippomobiles. L'avantage de cette solution est la simplicité de l'installation, l'essieu étant directement tenu et guidé par le ressort.

Le ressort à lames consiste en une série de lames juxtaposées de longueur de plus en plus faible et disposé selon la forme d'une pyramide inversée. Les extrémités de la lame la plus longue forment les points d'ancrage au véhicule tandis que la roue est bridée au centre des lames.

On peut décrire ainsi les caractéristiques du ressort :

Ressorts hélicoïdaux

Appelés aussi ressort à boudin, ces ressorts sont les plus communs actuellement. Leur géométrie et la gamme de matériaux disponible permet une bonne compacité. Qui plus est il est facile de leur associer un amortisseur, disposé coaxialement et ancré aux mêmes points que le ressort.

Nécessairement, ils doivent être couplés à un mécanisme de suspension liant la roue au châssis, et ne peuvent pas, comme dans le cas du ressort à lames assurer seuls cette liaison mécanique.

Le raideur de tels ressorts dépend du matériau, du diamètre du fil employé, de celui de son enroulement et du nombre de spires. Il est particulièrement facile d'obtenir une gamme étendue de raideur. Cette solution est par conséquent particulièrement avantageuse.

Barre de torsion

Plus compacte que le ressort hélicoïdal, mais plus longue, cette solution est adaptée au train arrière des petits véhicules à traction ainsi qu'à fond plat. C'est la solution retenue pour la Renault 4. Il peut s'agir d'une seule barre soutenant les deux roues, mais également de deux barres indépendantes. Dans ce cas, cela impose une différence d'empattement entre les deux cotés du véhicule, si la longueur de la barre est supérieure à la demi largeur du véhicule, comme pour la Renault 5.

La suspension oléopneumatique

Ce type de suspension se définit par la solution technique retenue pour réaliser les fonctions de ressort et d'amortissement. La solution consiste à remplacer le ressort et l'amortisseur, par l'association en série d'un vérin hydraulique et d'une chambre ressort à gaz.

Le vérin est relié d'une part, à la masse non suspendue (bras de suspension) et de l'autre à la caisse. Le piston, en se déplaçant comparé au cylindre du vérin, déplace un fluide incompressible sous pression (huile) au travers de clapets amortisseurs localisés à l'entrée de la sphère. La sphère est constituée de deux chambres isolées par une membrane. Une chambre contient l'huile poussée par le vérin au travers des clapets, l'autre est remplie d'un gaz sous pression. Le gaz réalise la fonction de ressort par son élasticité ; en exerçant une pression sur la membrane, il la répercute sur l'huile du vérin.

Les principaux avantages de ce dispositif sont :

Ce dispositif équipe essentiellement les automobiles Citroën, même si certains autres constructeurs l'ont utilisé sur leur modèle haut de gamme pour résoudre l'correction masse importante, confort, tenue de route. Certains véhicules utilitaires exploitent des ressorts à gaz en appoint des classiques ressorts à lames pour gérer les fortes variations de charges sur les essieux.

Il a été mis en œuvre, en série pour la première fois, sur l'essieu arrière des Citroën Traction haut de gamme, ensuite généralisé aux quatre roues sur les DS/ID. Citroën n'a jamais cessé de faire évoluer son dispositif par l'ajout de sphères aux caractéristiques différentes associées à une gestion électronique, ce qui permet d'adapter le confort et la tenue de route aux sollicitations du conducteur ainsi qu'à l'état de la route.

Ce dispositif de suspensions peut être appliqué à tout type de géométrie, même si, dans la pratique, on le retrouve le plus souvent associé à une géométrie MacPherson à l'avant et bras tiré à l'arrière.

Notes et références

  1. (en) Editor's Note : Earl S. MacPherson and His Invention

Voir aussi

Lien externe


Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Suspension_de_v%C3%A9hicule.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 10/04/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu